Dans Décisions rendues 19/09/2011

Dans un dossier tout à fait différent, la CLP donnait gain de cause également à un travailleur, que nous représentions, qui a été intoxiqué aux solvants en utilisant et en étant exposé à des substances, comme de la peinture, du primer, de l’isopropylène ou, si l’on veut, du thinner ainsi que du diluant.

Dans la mesure où la peinture n’était pas toujours faite dans un milieu fermé ou à l’exétireur, que l’employeur ne fournissait pas toujours les masques de protection pour les travaux de soudure, le tribunal donnait gain de cause au travailleur suite à l’expertise et le témoignage de notre médecin concernant la chimie des hydrocarbures aliphatiques et alicycliques, le tribunal appliquait l’article 29 de la loi, soit la présomption à l’effet que la maladie était une maladie professionnelle qui s’était développée et que les travailleurs avaient contractée au travail, soit d’une intoxication à diverses substances.