Dans Décisions rendues 19/04/2017

Le Tribunal administratif du travail (TAT), anciennement la Commission des lésions professionnelles (CLP), avant le 1er janvier 2016, reconnaissait dans ce dossier CSST ou dorénavant depuis le 1er janvier 2016, CNESST, que le travailleur qui avait fait une chute sur la tête d’environ 20 pieds dont l’accident était contesté par l’employeur invoquait que cet accident était volontaire a fait une suite à rétraction, l’objet d’un désistement et suite à cet accident impliquant un traumatisme crânien-cérébral important, on faire reconnaître l’inemployabilité de ce travailleur. Cette décision est importante eu égard à l’ensemble des critères retenus en neurologie et psychiatrie ainsi qu’en neuropsychologie pour justifier la reconnaissance de cette inemployabilité.