Dans Décisions rendues 09/03/2015

Le CLP, le 17 juin 2014, nous donnait gain de cause dans le dossier d’un briqueteur-maçon qui développait une épicondylite.

La cause fut ardemment débattue et contestée par l’employeur durant 2 jours où il a été question, comme c’est souvent le cas, de la diversité des tâches exécutées et de la durée de chacune de ces tâches par rapport à certains courants jurisprudentiels divergents.

La CLP a tout de même reconnu l’épicondylite de ce travailleur comme étant en relation avec les tâches effectuées.