Dans Décisions rendues 09/07/2007

(1)

Nous avons récemment pu obtenir gain de cause dans ce qui nous semble être un précédent jurisprudentiel, concernant, à tout le moins, la reconnaissance d’une algodytrophie réflexe multifocale.

Ainsi, de dossier no M-266802-71-0507, la Commission des Lésions professionnelles a rendu le 10 aôut 2006 une décision reconnaissant que Madame, pour qui nous avions fait reconnaître une algodystrophie dans le passé, fait maintenant l’objet d’une aggravation de sa condition sous la forme d’une algodystrophie réflexe multifocale.

Ainsi, bien que le (complex régional pain syndrom),C.R.P.S., soit reconnu comme étant l’une des maladies se développant secondairement à certains traumatismes, c’était la première fois, à notre connaissance, mais également selon ce que rapporte le tribunal, qu’une algodystrophie multifocale, impliquant donc plusieurs parties du corps, plutôt qu’une seule, par exemple plusieurs membres plutôt qu’un seul, faisait l’objet d’une réclamation refusée par la C.S.S.T.,et acceptée par la suite par la C.L.P..

(2)

Le Tribunal administratif du Québec (T.A.Q.) nous donnait gain de cause également dans le dossier SAS-M-0-99399-0412, le 13 février 2007, Alors que nous demandions de faire reconnaître le droit du remboursement du traitement I.D.E.T. subis par notre cliente, soit le traitement(intra discal electrothermal therapy). Alors que la Société de l’assurance automobile du Québec (S.A.A.Q.) prétendait que le traitement était expérimental, un peu comme le font les assureurs aux États-Unis ,comme le rapporte Micheal Moore dans son film Sicko.

Le Tribunal Administratif du Québec a reconnu que les frais importants pour la thermolésion cervicale ou I.D.E.T devraient être remboursés étant donné le précarité de la condition de santé de la requérante. La requérante était donc justifiée de suivre les recommandations de ses médecins, et n’avait donc pas à subir les conséquences d’un imbroglio administratif, et que le traitement en question, devait lui être remboursé.